jeudi 19 janvier 2017

151. Concours !






Hiii, les Aventuriers ! 

Pour lancer la nouvelle année sur le blog, je vous propose un concours pour gagner votre tout nouveau tout beau BULLET JOURNAL ainsi qu'un lot de surprises pour vous aider à le décorer. 

Pour participer, rien de plus simple, mettre un commentaire sous cet article pour dire que vous participez.

Bonus : si vous me donnez (dans le même commentaire) le lien d'un de vos partages sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Youtube, Instagram) j'ajoute une chance supplémentaire de gagner par partage ! 


Le concours est ouvert à partir de ce jour et sera terminé le jeudi 16 février à 12h 


Alors, à vos claviers !! 



Bisous, Fanny 


Mise à jour : la gagnante et Ambrya Rock ! 

dimanche 4 décembre 2016

150. Un jour au salon du livre de Montreuil

Le salon du livre de Montreuil est un salon se déroulant à cheval entre novembre et décembre, qui met à l'honneur la littérature jeunesse : des albums pour les touts petits aux romans Young Adult, autant de raisons de se déplacer pour l'occasion.

Alsacienne que je suis, je n'ai connu ce salon que l'an passé et j'ai aussitôt décidé d'en faire un de mes rendez-vous annuel ! En plus d'y retrouver des auteurs que j'adore, c'est surtout car c'est l'un des moments propices pour rencontrer de nombreux booktubeurs et bloggeurs des quatre coins de la France. 

Cette année, j'ai été encore gâtée, puisque j'ai pu voir de nombreuses personnes avec qui j'ai l'habitude de discuter sur Twitter ou en commentaires sur Youtube. Je pourrais en faire la liste, mais je suis sûre à 100% que j'en oublierais. Alors juste un petit mot pour dire à quel point j'ai été ravie de vous voir tous et que c'était très émouvant de voir mes abonnés "en vrai". Merci pour tous vos gentils mots d'encouragement par rapport à la chaîne, ça m'a boosté à bloc pour la suite. 

Cette année, le salon du livre de Montreuil a vendu du rêve avec des invités au top ! Les palmes des queues qui n'en finissent plus reviennent à : Victor Dixen (Phobos), Amy Harmon (Nos faces cachées), Rebecca Donovan (Ma raison de vivre) et Estelle Maskame (Did I mention I love you ?). 

De mon côté, j'ai eu le courage, dès mon arrivée, de me glisser dans la ligne interminable menant à Amy Harmon. Maintenant que j'ai ma dédicace, je suis ravie, mais il faut admettre que c'est un peu frustrant surtout lorsqu'on comprend qu'avec la lenteur de l'avancement de la queue, ça signifie que des personnes se glissent sur les côtés et grillent un sacré nombre de places ! Pas très honnête... Mais Amy Harmon est une personne adorable et très douce avec qui j'ai adoré échanger quelques mots (même si j'en ai perdue mon anglais). 

Après une petite pause pique-nique, je suis allée voir Clélie Avit, dont j'ai commencé les Messagers des vents il y a peu. Logiquement, j'ai acheté le tome 2, Sanctuaires. C'est assez étonnant mais l'auteure se souvenait de mon amie et moi, j'avoue que ça fait toujours plaisir. J'ai promis : je lirais au moins les trois premiers tomes d'ici Montreuil 2017.

J'ai aussi apporté mon exemplaire de la Voleuse de Secrets et rencontré Brenda Drake, adorable et souriante. Les éditions Lumen avaient préparé une mise en scène super sympa avec de vieux carnets, une boule de crystal violette et de beaux livres. 

Bien entendu, je n'ai pu éviter un tour sur le stand de Bragelonne et revoir avec un grand plaisir Olivier Gay. Vous connaissez mon amour pour Le noir est ma couleur et je me lance cette fois-ci avec de la fantasy et L'épée des Glaces.  

Toujours dans la fantasy, j'ai acheté Or et Nuit, un univers des Mille et une nuit, de Matthieu Rivero, dont j'avais adoré Chimère Captive ! Alors je continue l'aventure, me permettant de patienter jusqu'à la sortie du tome 2 de Chimère Captive (prévu pour avril 2017). 

Cette année, je découvre aussi de nouveaux auteurs : j'ai acheté Lumières de Carole Trébor et La Boiteuse de Françoise Grard (oui, oui, je continue ma collection de mes Gulf Stream Electrogène. 


Et cerise sur le gâteau, en avant-première au salon, j'ai pu acheté (mais pas me faire dédicacer) Phobie de S. Cohen-Scale. ENCORE de la collection Electrogène. 

Une journée, c'est court, alors j'ai dû choisir mes priorités, pas de Victor Dixen ou de Samantha Bailly, ni Gabriel Katz, car j'espère bien les voir aux Imaginales en mai.

Je n'ai pété le budget que de 10 euros, c'est un miracle par rapport à l'an dernier... 


Pour résumé, le salon de Montreuil c'est : des auteurs internationaux qui attirent les foules, des écrivains français qui égayent le paysage de la littérature jeunesse, des rencontres avec des bloggeurs et des booktubeurs, une ambiance foisonnante, des peluches géantes (l'âne Trotro, le professeur d'Il était une fois la vie, entre autre) et des dédicaces de dessinateurs de BD hautes en couleurs. 
En somme, un endroit où il faut amener les enfants dès le plus jeune âge, pour leur faire découvrir le plaisir de la lecture. 
Mais aussi un endroit où, une fois adulte, on peut faire de belles découvertes. 


Fanny 

PS : pour en savoir plus sur les livres cités, attendez mon Book Haul qui sera publié jeudi ! 

vendredi 25 novembre 2016

149. Du cinéma et plein de souvenirs ! (TAG)

Bonjour, bonjour !

Après l'avoir vu sur la chaîne de Lauren Authentique, je me lance dans le tag Ciné Souvenirs, une bonne excuse pour être nostalgique et pour parler cinéma sur le blog ! En plus, j'ai pu parler de mes coups de coeur livresques dans une vidéo TAG PKJ, alors ce TAG est l'occasion pour moi de vous parler de mes films préférés 


1. Quel film vu jeune vous emplit de souvenirs ? Clairement JUMANJI, non seulement parce que c'est l'un des premiers films qui m'a foutu les chocottes, mais aussi parce qu'il a eu un effet de fascination sur la petite Fanny âgée de 7 ans. Paradoxalement, j'aurais presque eu envie de pouvoir jouer ma propre partie, pas vous ? 


2. Quel film connaissez-vous absolument par coeur ? LE SEIGNEUR DES ANNEAUX 2, mon préféré ! J'en connais les répliques au point d'agacer mon entourage lorsque je me prends pour Eomer : "Que font un homme, un elfe et un nain dans le Riddermark ?". J'ai toujours adoré la bataille du gouffre du Helm, l'arrivée surprise des elfes et celle, triomphantes, de Gandalf et des Rohirrim... Complètement gaga la fille ! 


3. Quel film a bouleversé votre jeunesse ? THE FACULTY, mon tout premier film d'horreur, alors que je n'avais pas tout à fait 12 ans, un film en cassette VHS rapporté à l'anniversaire de ma meilleure amie de l'époque. Ce film a bouleversé ma jeunesse parce qu'il m'a fait découvrir le sexy Josh Hartnett, certes, mais surtout parce que je me suis dit "y'a des gens, leur boulot, c'est de faire peur à tout le monde". Et ça, même encore maintenant, je trouve ça trop cool et c'est la petite voix qui me motive lorsque je me lance dans des projets comme le NaNoWriMo. 

4. Quel film auriez-vous aimé écrire/produire ? THE UNITED STATES OF LELAND, l'un des premiers films de Ryan Gosling qui semble être passé aux oubliettes alors qu'il est carrément bouleversant, très bien écrit, terriblement bien filmé pour un sujet dont on ne parle pas assez. Leland, jeune adolescent, a tué le petit frère handicapé de sa petite amie. Pourquoi ? Le fil rouge de ce film qui m'a profondément touché. 


5. Quel film vous donnerait envie de faire du cinéma ? SCREAM, tout simplement parce que pour moi c'est seigneur Wes Craven, et parce que j'imagine que le tournage d'un film d'horreur ça doit osciller entre des moments drôles de franches camaraderie et des moments flippants de traque dans une maison où se trouve un serial killer. 

6. Quel film avez-vous vu plusieurs fois au cinéma ? Le plus récemment, SUICIDE SQUAD, que j'ai vu deux fois. Souvent, le fait d'aller voir un film plusieurs fois n'est pas forcément le signe que j'ai adoré, mais plutôt que j'accompagne deux personnes différentes qui avaient envie de le voir. (mon avis sur Suicide Squad par ici

7. Quel est votre film classique préféré ? FULLMETAL JACKET, hilarant et terrible à la fois, j'en profite pour le regarder dès qu'il passe à la télé (assez étonnant que je ne l'ai pas encore en DVD). Un film de guerre qui aura su apporter son style, sa patte dans le foisonnement de films sur le Vietnam. 

8. Pour quel film regrettez-vous d'avoir payé la place ? LES 8 SALOPARDS (oooooh shame, elle dit du mal de Quentin Tarentino) je me suis tellement ennuyée que je serais sûrement partie si j'avais été seule voir le film. Jusqu'aux dernières trente minutes, c'était loooooong. 

9. Quel film vous a fait réfléchir ? WILL HUNTING, avec un Matt Damon et un Ben Affleck au top, car si c'est Gus Van Sant qui a réalisé, c'est eux qui ont écrit le script. Ajoutez à ça Robbin Williams dans son rôle de guide qu'on lui aime bien (déjà dans Le Cercle des poètes disparus, que j'aurais pu aussi mettre dans cette catégorie) et on obtient un de mes films préférés. Il aborde des thématiques puissantes sans jamais sembler donner des conseils de réussite, et ça n'en est que plus agréable : l'escalade de l'échelle sociale, l'égalité des chances, le déterminisme sociologique, l'enracinement de notre identité... Touchant et grandiose, un film à voir si ce n'est pas encore fait !



10. Quel film vous donne-t-il envie de tomber amoureux-se ? BRIDGET JONES, dont on se reconnaît très vite dans les déboires. Réécriture moderne d'Orgueil et Préjugés, qui oserait dire non à son propre Mr Darcy ? En plus, quand c'est Colin Firth, je fonds et j'ai les yeux qui scintillent ! 

11. Quel film à se tordre de rire ? INTOUCHABLES, j'ai toujours beaucoup aimé Omar Sy (surtout avec le Service après vente des émissions) il m'a littéralement fait pleurer de rire dans Intouchables, une histoire à la fois très touchante et hilarante. La musique de Pôle emploi, le type qui se gare devant l'entrée de la maison, le tableau, lorsqu'il va voir le petit ami de la fille de son employeur, ses méthodes de drague... Et j'en passe ! 


12. Quel film vous a révélé un acteur-trice que vous suivez ? FISH TANK, un film qui opte pour le point de vue d'une adolescente complètement paumée, issus de la classe pauvre anglaise. Matthew Fassbender y joue le beau-père de la jeune fille et autant vous dire que, depuis ce film, je suis tous ce qu'il fait ! 

13. Quel film vous a-t-il fait pleurer comme une madeleine ?  MOULIN ROUGE, s'en est même blasant car je peux savoir à l'avance à quels moments je vais pleurer puisque c'est toujours les mêmes. (et je ne m'en lasse pas)

14. Pour quel personnage en particulier avez-vous craqué ? Mark Whatney, le survivant de SEUL SUR MARS : le mec se retrouve dans un caca monstre mais arrive à garder le sens de l'humour malgré des pétages de plombs réguliers (mais eux aussi fondamentalement drôles). Un personnage hyper réaliste et en même temps complètement fou, intelligent, malin, indépendant, avec de l'esprit, de l'humour et une dévotion entière à son métier et à son équipe. Ravie de le retrouver en livre après avoir adoré le film ! 


15. Existe-t-il un film que vous regardez chaque année ? Souvent, il s'agit de films de Noël (puisque les mêmes repassent touuuuus les ans à la télé) : LA COURSE AUX JOUETS, LOVE ACTUALLY ou encore LA FILLE DU PERE NOEL. 


Passez du bon temps devant vos écrans ! 


Fanny



vendredi 18 novembre 2016

148. Les Animaux Fantastiques : J. K Rowling nous enchantera-t-elle à nouveau ?

Bonjour, bonjour ! Continuez votre lecture sans peur, article garanti sans spoiler ! 

Si vous n'êtes pas partis en vacances sur une île déserte le mois dernier, vous n'êtes pas sans savoir que le film Les Animaux Fantastiques est sorti mercredi 16 novembre. Aussitôt au cinéma, nos librairies préférées arborent les couleurs du film avec un nombre impressionnant de livres sur son univers : encyclopédie du film, livres de croquis pour les fans d'art, reproduction du carnet de Norbert Dragonneau, livre pop-up, créatures magiques en bois à assembler, manuel de recherches de notre nouvel expert préféré... Et j'en passe ! 

Les Animaux Fantastiques est un film qui s'inscrit dans l'univers de Harry Potter, retraçant les aventures de Norbert Dragonneau, qui n'est autre que l'auteur de l'encyclopédie des créatures fantastiques qu'étudient les élèves de Poudlard, du moins à l'époque du sorcier à lunettes. Le film s'inscrit donc dans un flash-back : on se retrouve au début du XXème siècle, à New York, où le jeune chercheur arrive avec sa valise remplie de monstres. 

On découvre alors avec plaisir le monde des sorciers américains : les Potterhead reconnaîtront les sorts, tout en remarquant un autre vocabulaire (les Non-Maj remplacent les Moldus), des autres institutions de contrôle, des lois différentes, et surtout, un aspect délicieusement historique avec un système d'une autre époque.

Dès le début du film, David Yates (ouiii, Seigneur Dieu, il est revenu !) nous met dans une ambiance dramatique : les sorciers de New York doivent vivre dans le plus grand secret, car certains suspectent fortement leur existence et souhaitent leur nuire. Les extrémismes se mêlent pour déstabiliser les institutions établies : les mages qui suivent Grindelwald et son souhait de ne plus vivre cachés sous prétexte de protéger la population Non-Maj ou l'Eglise de Salem, anti-sorciers, qui a bien décidé de tous les exposer. 
Le metteur en scène prend son temps pour installer ce contexte bien particulier, donnant aux Animaux Fantastiques un aspect de film historique. Malheureusement, cela aura aussi pour effet une lenteur dans le début de la narration de l'histoire qui pourra déplaire aux spectateurs les plus dans l'attente d'un coup de coeur monumental


Heureusement, tel un véritable film d'aventures, J. K Rowling (qui a écrit le scénario, ne l'oublions pas !) nous offre des péripéties pour le moins cocasse avec des petits pointes d'humour qui font mouche à chaque fois. Certes, un peu moins de blagues que dans Harry Potter (pour ceux qui ne pourront pas s'empêcher de comparer), ce qui personnellement me va très bien ! L'ambiance est plus sombre dans ce film (à l'image de Harry Potter 7), alors les traits d'humour apparaissent toujours au moment où le spectateur a besoin de souffler un peu !


Je ne parlerai pas en détails de l'intrigue, mais je peux vous dire qu'on y trouve tout ce que l'on aime : des méchants, des gentils, des gentils qui s'avèrent méchants, des méchants qui pourraient bien cacher un visage plus aimable, des retournements de situation (qui ne seront peut-être pas très surprenants pour les habitués à la plume de Rowling), des péripéties au rythme trépidant, des moments plus doux et magiques, véritables instants cocooning pour notre enfant intérieur. 


Au delà de l'intrigue, c'est surtout les 4 personnages centraux qui sauront vous séduire
- Norbert Dragonneau, symbole de la protection des créatures magiques, bien courageux pour un Poufsouffle mais surtout sensible et loyal. 
- Porpentina Goldstein, enquêtrice qui a dû accepter sa rétrogradation après une trop forte implication dans une enquête mystérieuse, dévouée et en quête de justice, elle saura vous convaincre. 
- Queenie Goldstein, spontanée, douce et très protectrice, c'est un personnage très lumineux qui fait du bien dans ces paysages très sombres. 
- Jacob Kowalski, le moldu débrouillard qui pourra faire rêver le spectateur (et si nous pouvions découvrir comme lui cet univers magique ?!) et le fera rire plus d'une fois. 


Le quatuor de choc est campé par des acteurs au top, mention spéciale pour Eddie Redmayne qui, tout en subtilité, incarne avec brio la timidité, la pudeur et les convictions de Norbert Dragonneau. Avec plaisir, on retrouve Ezra Miller (déjà félicité pour son jeu dans Il faut qu'on parle de Kevin et Le monde de Charlie) qui campe un adolescent torturé aux multiples facettes, une véritable valeur ajoutée dans cette histoire menée par les adultes. 
Petit bémol dans ce casting raffiné, Colin Farell qui nous fait une fois de plus du Colin Farell bourru avec trois expressions faciales en 133 minutes. Pas fan du tout, du tout. 

Ensuite, parlons du sujet principal qui nous réunit aujourd'hui : les animaux fantastiques ! Point de dragons ou de licornes, ici, des créatures inédites sorties de l'imagination débordante de notre auteure préférée. Je ne vous gâcherai pas la surprise, mais ce bestiaire aura le mérite de vous émerveiller : magnifique (dans le sens noble du terme), trop mignon pour être vrais, facétieux, timide, craintif ou encore protecteur, chacun possède sa propre identité, sa personnalité. Les équipes conceptrices ont fait un boulot épatant. Les visages s'animent avec un réalisme déconcertant, ils nous assaillent de couleurs splendides et modifient les techniques pour donner l'impression au spectateur de pouvoir caresser chacune de créatures. 


C'est bien beau, des personnages et créatures au top, mais ça ne suffit pas à faire un bon film. Heureusement pour nous, l'univers et l'histoire se reposent sur une réalisation solide, ça explose de partout (et c'est bien fait), et cerise sur le gâteau, le montage est au service de la tension de l'intrigue, finissant de me convaincre totalement ! Ajoutez à cela quelques lignes de scénario qui resteront à coup sûr dans les annales, et je fonds. 

Comme vous l'aurez compris, j'ai un avis très positif sur ce film et je me réjouis déjà de pouvoir retrouver cette histoire pendant quatre autres films. Le plaisir supplémentaire : cette fois-ci, je ne saurais pas à quoi m'attendre, puisque je ne peux me baser sur aucun roman i La magie opère à nouveau, me donnant une fois de plus envie de me noyer dans cet univers que j'aime tant, qui aura lancé mon addiction à la lecture. Vite, vite, je m'empare de ma liseuse pour télécharger les histoire inédites et anecdotes publiées récemment par J.K Rowling... qui n'a pas fini de nous faire rêver ! 

Fanny 





samedi 12 novembre 2016

147. On my wishlist (nov - 2016) à cause de booktube !!

Bonjour, bonjour !

Aujourd'hui, on parle bouquins et on fantasme un bon coup ! Faisant le rangement de ma wishlist Amazon, j'ai décidé de partager ici quelques livres qui me font terriblement enviiie et de vous parler du pourquoi et du comment  (et surtout, à cause de qui) ils se sont retrouvé dans ma wishlist.



La véritable histoire des contes de fées  (Grede) : vu chez Patatras, ce bouquin (que je ne trouve pas en librairie, brrr) propose des analyses fun sur nos contes de fées préférés. Moi qui adore les réécritures de contes (ça me fait penser que je suis carrément à laaaaa bourre dans Once Upon a Time), j'aime tout autant les livres qui nous parlent de la face cachée de ces récits de notre enfance. Floriane, sur sa chaîne, propose d'ailleurs des explications super sympathiques que je vous invite à aller voir ! 

Daily Rituels : How artists work (Currey) : vu sur la chaîne de Samantha Bailly (qui est définitvement en train de devenir une de mes auteures préférées), ce livre vous propose de découvrir la routine créative de grands artistes à travers différentes époques et différentes disciplines. J'ai déjà acheté Big Magic, creative living beyond fear (Gilbert) à cause de cette fameuse vidéo de Samantha, alors je vais peut-être attendre avant de craquer pour Daily Rituels (plus cher, d'ailleurs, mais je pense que cela vient de la présentation très atypique) 


Ready Player One (Cline) : vu chez Lemon June il y a un petit moment désormais, mais encore plus envie d'entrer dans ce monde de science-fiction, surtout qu'il faut que je le lise avant la sortie du film (semblerait que j'ai encore de la marge jusqu'au 30 mars 2018). Savant mélange de jeunesse, monde virtuel et quête d'un trésor caché, ne m'en dites pas plus, je craque déjà ! 

Chasing the stars (Blackman) : vu chez Lulaiilis : une réécriture d'Othello dans l'espace, ou comment combiner mon amour de la science-fiction et de William Shakespeare. Et puis, ça fait longtemps que tout le monde me parle de Malorie Blackman, alors il serait uuuun peu temps que je me lance. 

Alice (Henry) : une réécriture d'Alice au Pays des Merveilles bien glauque. Alice se fait violer et quand on lui demande par qui, elle décrit un personnage affreux ressemblant à un grand lapin blanc. Catégorisée comme folle, la voilà internée dans un asile. Horreur, thriller, réécriture de contes, que demande leeee peuple ! 

Paranoïa (Bellevigne) : vu chez Lanylabooks, Paranoïa raconte l'histoire d'une psychiatre suivant une jeune femme enceinte atteinte d'hallucinations et de paranoïa (nan, sans déc'), mais ce cas apparaît très rapidement beaucoup plus compliqué... Un roman qui m'intrigue déjà, et son auteure à l'air tellement adorable et passionnée que ça me donne encore plus envie de le lire. 

Les fiancées de l'hiver (Dabos) : vu (et revu) chez Bulledop qui est littéralement dingue de cet univers fantasy jeunesse dont je n'ai riiiien envie de savoir mais simplement envie de me lancer dedans, les yeux fermés, en faisant confiance à ces lecteurs pour qui ça a été un coup de coeur. 

Vicious (Schwab) : vu chez FairyNeverland, qui adore cette auteure que je n'ai malheureusement pas encore lue. J'aimerais beaucoup commencer avec Vicious, un roman à la sauce super-héros dont la couverture est carrément canon. 

A court of thorns and roses (Maas) : vu chez Lulaiilis, encore une réécriture de conte, cette fois-ci on penche dans la fantasy autour de la Belle et la Bête, un phénomène sur la booktubosphère américaine et anglophone qui me fait sautiller dans tous les sens. 

La quête d'Ewilan T1 (Bottero) : vu chez Margaud Liseuse (qui adore cet auteur que je n'ai pas encore découvert). Depuis que j'ai lu et adoré Gardiens des cités perdues, je suis beaucoup moins froide à l'idée de découvrir des univers fantasy très jeunesses. Alors avec tout le bien qu'on dit de  cette aventure pleine de créatures et de courage, et si vous ajoutez à ça les nouvelles illustrations magnifiques des couvertures, je ne sais pas encore ce que j'attends ! 

Rocket Raccoon T1 Marvel Now  (Young/Parker) : vu chez Bubblegirl67, grande fan de Groot et de Rocket Raccoon que je suis (non, ceci n'est pas un raton laveur), ça sera un passage obligé ! J'ai déjà terriblement hâte de voir le deuxième film, alors voici qui pourra me faire patienter. Les dessins et la colorisationssont hyper chouettes, donnant un ton fun aux aventures de ses deux zinzins de l'espace. 


Voilà, voilà, ça fait plein d'achats en perspective ce grand merdier...  N'hésitez pas à partager avec moi votre propre wishlist, surtout si c'est à cause de Booktube que vous avez eu envie de certains romans !





Des bisous, Fanny 

samedi 5 novembre 2016

146. Ces livres que je veux finir avant 2017

Bonjour, bonjour !

Je me suis bien amusée à regarder ma vidéo des bonnes résolutions livresques pour 2016, alors je peux déjà vous dire que le bilan s'annonce comique. Mais avant de désespérer face à cet échec cuisant, changeons la donne en finissant des livres que je ne veux pluuuus voir traîner dans ma PAL en 2017. 

Une des choses qui me tient le plus à coeur avant 2017, c'est de finir plusieurs trilogies/duologies dont j'ai le dernier tome à lire depuis un petit moment. Mais vous savez ce que c'est, un tome 2 un peu plus décevant que le tome 1 et on est moins motivé à lire la fin. Ou au contraire, le tome 2 est telleeeement bien qu'on a peur d'être déçu pour le tome 3. Ou encore, on se retrouve face à des critiques affreuses à propos de la fin de notre trilogie préférée alors on ose plus trop la finir, pour le coup. Mais trêve d'excuses, je devrais lire : Miss Peregrine & la bibliothèque des âmes (Riggs), La dernière étoile (Yancey), The Revolution of Ivy (Angel), Half-Bad 3 (Green). 

Ces quatre-là sont donc la priorité (de chez priorité).

Après ça, ce serait pas du luxe d'avancer dans mes sagas en cours (surtout lorsque celles-ci ont déjà tous les tomes publiés). Cette fois-ci, la liste est beaucoup moins courte : 
- La saga Lux de Jennifer L Armentrout, 2 livres lus sur 6 déjà publiés (saga terminée)
- La saga Le noir est ma couleur d'Olivier Gay, 2 livres lus sur 5 déjà dans ma bibliothèque (saga terminée)
- La saga Gardien des cités perdues de Shannon Messenger, 1 livre lu sur 4 publiés, dont 3 dans ma bibliothèque (saga en cours) 
- La saga The Mortal Instruments de Cassandra Clare, 2 livre lus sur 6 dans ma bibliothèque (saga terminée mais avec de nombreux spin-off ou romans dans le même univers) 
- La saga U4 (auteurs multiples), 4 livres publiés, 2 dans ma bibliothèque mais 0 lu (la honte). 
- La saga Le pays des contes de Chris Colfer, j'en ai lu 1, le deuxième est dans ma PAL et il y en a 5  publiés pour le moment. 
- , parce que ça fait un bon moment que je mets le tome 2 de côté en attendant un prévisionnel de date de sortie pour le tome 3, il ne reste plus qu'à me lancer maintenant ! 

La saga The Bone Season de Samantha Shannon
- La saga Le feu secret de Carina Rozenfeld et C.J Daugherty, deux tomes parus, un seul dans ma PAL et aucun encore lu (oui, oui, la honte, j'ai pratiquement rien lu de mes achats de Montreuil, ça craint !) 

Avec tout ça, ça fait beaucoup de jeunesse et de surnaturel. Si vous avez des conseils pour m'aider à décider d'un ordre de priorité, n'hésitez pas. J'ai l'impression de crouler sous les livres en ce moment, et pourtant mes bibliothèques sont désespérément vides puisque tous mes bouquins sont dans des cartons (19 en tout) en prévision de mon déménagement fin novembre. 

A coté de ces tomes de sagas, il y a plusieurs one-shot que j'ai envie de dévorer :
- Maîtresse de guerre de Gabriel Katz (surtout pour pouvoir me lancer dans Aeternia après celui-là)
- IRL d'Agnes Marot (les Sims à la sauce Truman Show, ça me fait terriblement envie) 
- Forbidden de Tabitha Suzuma (un bouquin qui fait du bruit et que j'ai eu la chance de recevoir dans le SWAP avec Co-ligne

Voilà, voilà, ça fait un peu trop et je suis consciente que je n'arriverais pas à lire tout ça avant 2017, à moins de devenir boulimique d'ici là, mais ce serait mauvais pour mon goût de la lecture. 

De votre côté, vous êtes-vous donné un petit challenge pour la fin de l'année ? Y a-t-il des livres que vous avez laissé traîner toute l'année ? 

Une chose est sûre, mon article "Marre des sagas" prend une nouvelle fois tout son sens, au vue du nombre de tomes qui s'accumulent sur mes étagères. 

Et le pire, c'est qu'on adore ça, non ? 

Des bisous, Fanny 

dimanche 30 octobre 2016

145. Arrêtez de ruminer ! (ou comment retrouver sa vie après le boulot)

Bonjour, bonjour !

Aujourd’hui, on se retrouve pour un article un peu plus « mode de vie » et « zen » 
Etant donné que j’adore ce type d’article dans les magazines (pour n’en citer qu’un, Flow), je me suis dit « pourquoi pas me lancer ? »

Vie étudiante, monde du travail : on a tous une raison de garder notre cerveau en mode « full-on » alors que, logiquement, la journée de dur labeur est terminée et qu’on devrait pouvoir passer à autre chose. Mais non, on rumine. On se refait des scènes en se disant « j’aurais dû diiiire ça » , on pense à demain « oh faut pas que j’oublie de faire ça ! » et notre imagination se perd dans l’analyse de ce que les autres ont pu dire ou penser de nous en décryptant toutes nos actions. Bizarrement, lorsqu’on rumine, on penche facilement vers le négatif.


Mécaniquement, notre cerveau se remet en mode « boulot » et  soit on revit des événements passés en boucle, soit on anticipe déjà les problèmes à venir. Avec tout ça, on prend rarement le temps de se délecter de l’instant présent.

Alors aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de petits trucs et astuces pour apprendre à se déconnecter, à arrêter de ruminer. Je crois en vous (et je crois en moi haha), de nouvelles petites habitudes pourront petit à petit remplacer les mauvais mécanismes ancrés jusqu’au plus profond de votre cerveau.

Alors, on y va ?

1. Profitez de vos « SAS de décompression » : après le travail, on a très souvent un plus ou moins long temps entre la phase « travail » et la phase « maison ». Transports en commun, trajet en voiture, en vélo, à pied, chercher les enfants, vite promener le chien… Pour moi, c’est l’équivalent de 40 minutes de route. Quarante minutes pendant lesquelles je m’octroie le droit de penser en boucle à mon boulot, ma journée pourrie, les situations crises qui m’ont survoltée, mes petites victoires, mes idées de projets,… Le but étant de me dire que lorsque je sors de ma voiture, je laisse tout ça dans le coffre.

2. La musique, un outil de déconnexion : elle va de paire avec le SAS de décompression. Imaginez-moi, voix  bien perchée, en train de chanter Hot stuff de Donna Summer (je suis consciente que mes goûts pour le disco peuvent être forts douteux et méconnus des plus jeunes, alors hésitez pas à cliquer ici). N’avons-nous pas tous une chanson qu’on adore brailler derrière son volant ou en sautant sur son lit lorsque la surcharge émotionnelle se fait sentir ? Alors même si vous chantez terriblement faux, faites-vous plaisir. Dans une dynamique plus zen,  la musique sans parole permet de faire voguer tranquillement nos pensées vers de plus positifs horizons. J’ai pas mal de bande-son de films dans ma voiture, du coup. 

3. Les copains copines : si vous êtes comme moi, les premiers instants passés avec une copine ont toujours pour sujet le boulot, histoire de se plaindre un bon coup. Mais pas question de passer en mode « ouin-ouin », on s’auto-discipline et on change de sujet. Personnellement, un truc qui marche toujours avec ma meilleure amie, c’est de commencer à parler de Game of thrones, ça peut nous embarquer pendant des heures. Parler de livres avec les copines, ça marche bien aussi, et si je ne peux pas le faire en direct, je regarde les vidéos booktube des copines et ça fait tout aussi bien le job !

4. Réfléchir… Mais à quelque chose de complètement hors-sujet avec votre boulot/vos études : l’un des meilleurs moyens pour arrêter de ruminer, c’est de se concentrer sur totalement autre chose. Le but est de vous faire absorber par une autre activité qui demande de la concentration, pour obliger votre esprit à se focaliser sur : un sudoku, une page de mots croisés, un cahier d’énigmes... 

C’est à ce moment-là que vous découvrez une tendance sado-maso à ma personnalité. Vous avez le droit de crier, de me conseiller un numéro de psy. Pour me détendre, j’ai des cahiers d’exercices de maths et de physiques (voir photo). J’ai toujours beaucoup aimé les sciences, mais j’ai arrêté très tôt et je ne suis pas allée bien loin dans les programmes puisque j’ai fait un bac L. Et à force de faire des maths pour aider les ados avec qui je travaille, je me suis rendue compte que calculer des racines carrées et s’éclater avec Pythagore ça me détend. Du coup, je suis en train de reprendre les bases et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin !
En bref, rien de mieux que l’apprentissage, la curiosité pour un autre sujet, pour vous aider à dévier des ruminations du boulot : lire un classique français alors que vous êtes en fac d’anglais, vous pencher sur des exos de maths alors que vous travaillez dans le social, commencer à apprendre le japonais alors que vous bossez en laboratoire,… (liste de combinaisons non exhaustive)


5. Le divertissement à l’état brut : mais si l’apprentissage demande pas mal de courage et de volonté, le divertissement à l’état pur permettra de dorloter vos petits méninges récalcitrant à se déconnecter du monde du travail. Reste à trouver un film culte, la série télé ou le livre qui vous permettra de vous évader. Avouez, ça vous est déjà arrivé de relire plusieurs fois une même ligne parce que vous regardez les mots sans assimiler le sens de ce que vous lisez parce que dans votre tête vous êtes déjà en mode « la journée de demain va être horrible, il faut que j’aille voir untel, que je remplisse tel dossier,… ». Mais il y a des bouquins, des films, des séries, où c’est littéralement impossible de penser à autre chose, à vous de trouver votre futur coup de cœur ! De mon côté, je vous mets en photos quelques petites choses qui m'ont fait cet effet là.


6. Pratiquer une activité sportive : petit cours de biologie intense, lorsque vous pratiquez une activité sportive, vous secrétez des endorphines, bien connues comme des « hormones du plaisir » idéales pour décompresser. Dehors, c’est encore plus revigorant que dedans, course à pied ou même marche, à vous de trouver ce qui vous procurera des bonnes sensations. La musculation ça peut-être pas mal aussi, puisque vous êtes trop occupé à compter vos séries d’exercices dans votre tête pour dévier sur un autre sujet. Personnellement, il y a des jours où mon heure de vélo-héliptique est nécessaire pour relâcher la pression.

7. La nouvelle mode des cahiers de coloriage pour adultes : il y en pas tous les goûts, abordant différentes thématiques (les chats, les attrapes-rêves, Game of Thrones, Harry Potter, art-déco, Disney, etc) alors si avec tout ça vous n’en trouvez pas un qui vous a tapé dans l’œil ! Peu d’investissements nécessaires (le cahier + crayons/feutres) et je peux vous assurez que colorier, ça détend. Tout est dans le mouvement, on se concentre pour ne pas dépasser, on prend du temps pour choisir ses couleurs et (parfois) on est fier du résultat. Si vous avez un petit niveau et plus de patience, il y a bien sûr le dessin, que j'investis dans mon bullet journal, sous forme de "doodle" tout mignon. 

8. Faire du rangement : Ok Fanny, les maths passent encore, mais tu ne vas pas nous dire de passer l’aspirateur en rentrant du boulot juuuuste pour reprendre notre vie en mains en nous déconnectant Mettre de l’ordre dans la pièce où vous passez le plus clair de votre temps, c’est aussi mettre un peu d’ordre dans vos pensées. Et si vous passiez la serpillère dans votre cerveau ? (ouais, ok, je pousse trop loin l’analogie).
des impératifs contraignants ? Bah si, en fait.

`
Après quelques bonnes idées, je vous propose trois fausses bonnes idées qui pourraient très bien faire plus de mal que de bien.

La méditation : lorsque vous n’êtes pas habitué à cette pratique, vous poser et tenter de vous « inscrire dans l’instant présent » peut représenter un véritable challenge. Il est même conseillé, dans un premier temps, de commencer à méditer au réveil, lorsque l’esprit n’est pas encore trop parasité par des pensées pénibles et que l’esprit est reposé. Parce qu’à la fin d’une méditation, si vous vous rendez compte que pendant 95 % du temps vous avez ruminé vos problèmes, ça n’aura pas été trop bénéfique… Mais n'hésitez pas à vous lancer avec des méditations guidées qui vous aideront à discipliner un peu plus votre esprit volatile. 


Le shopping : ok, sur le coup, c’est le pied. Le problème, c’est qu’une fois le délire passé, vous vous retrouvez avec la culpabilité de votre gros pétage de câble et ça vous ajoute une raison de ruminer. Shopping oui, mais raisonnable : je me fais plaisir, je vais m’acheter un nouveau livre. Prenez le temps de flâner et de choisir l’article qui saura vous combler sans vous mettre dans le rouge côté bancaire. (si, je vous jure, c’est possible)

Faire plusieurs choses en même temps : alors c’est sûr, ça peut paraître logique, faire plus et encore plus, se surcharger, pour oublier tout les problèmes qu’il y a en-dessous. Privilégiez une activité à la fois (bon, d’accord, colorier devant the Big Bang Theory, je vois pas le souci de prime abord) afin de pouvoir réellement vous connecter à ce que vous faites sur le moment et profiter des vertus positives de chaque activité pour ce qu’elle est. La surcharge de stimulations peut être une véritable source de stress !




Enfin, si tout ça ne marche pas, reste à faire comme moi : rédiger un article sur le blog à 00 :16, après un retour du boulot à 23h30, juste pour le plaisir de faire totalement autre chose, une activité purement plaisir et sans la moindre once de contrainte.


Fanny