vendredi 5 décembre 2014

37. Ma dernière lecture : Au Bonheur des Ogres, de Daniel Pennac

Dans le cadre du club de lecture de mon école en travail social, je participe au Coup de Cœur Littéraire !
 
J’ai déjà rédigé ma chronique sur Mes Hommes de Mokkedem, et aujourd’hui, on se retrouve pour la chronique dAu bonheur des ogres, de Daniel Pennac !

 
On ne va pas y aller par 4 chemins, j’ai a-do-ré ce roman !


Ben, jeune mais majeur, s’occupe de toute sa petite famille, alors que sa mère a abandonné le domicile familiale pour se « reposer » (visiblement).
 
Thérèse, Louna, Clara, Jeremy et le Petit, sans oublier Julius le chien, tous forment une petite famille unie… Mais Ben se retrouve bien vite confronter à plusieurs problèmes.
 
Dans le magasin où il travaille, des personnes âgées explosent devant le regard affolé des commerçants. Et Ben se retrouve bien vite malgré lui suspect numéro 1 de cette enquête…
Il devra alors concilier un travail pour le moins pénible (je ne vous en dit pas plus, son boulot est hilarant, je trouve), des collègues suspicieux et menaçants, et une vie familiale au bord du chaos.
 
 
Le mélange des genres est juste génial ! De l’humour noir, une fresque familiale, une intrigue rythmée digne d’un bon thriller, tout ça fonctionne très bien (contrairement au mélange indigeste de fantastique et de thriller pour Cornes de Joe Hill
 
Chaque enfant à sa personnalité, les personnages secondaires ne sont pas bâclés, ou à peine esquissés, ils gravitent autour de Ben et de l’intrigue principale, la nourrissant de péripéties qui m’ont fait rire et qui m’ont prises au dépourvu !
L’écriture est très agréable, parfois incisive (pour mon bon plaisir !). L’alternance entre descriptions, pensées et dialogues donne un véritable rythme au roman. La preuve, je l’ai lu en 3 jours !
L’auteur a décidé d’utiliser la voix de Ben, ce qui apporte un véritable plus pour rentrer dans l’histoire, car justement, au contact de ses frères et sœurs, Ben devient un véritable conteur !
L’atmosphère devient presque magique parfois, comme pour ces scènes se déroulant dans le magasin, où le narrateur divague dans la foule, observant les mouvements autour de lui.
Au bout de quelques lignes de lecture, je me faisais à chaque happer par l’histoire, oubliant qu’il s’agissait d’une œuvre de fiction.
Le seul défaut, pour moi, c’est la confusion pour cause d’événements et de narration enchevêtrés. Et puis il faut un certain moment pour pouvoir correctement placer tous les personnages vis-à-vis du narrateur.

Mais je ne peux donc que vous conseiller cette lecture qui m’a tellement enthousiasmé !
 
 Récemment, j'ai aussi fini An Abundance of Katherines, de John Green, qui m'a beaucoup plu lui aussi, un véritable coup de cœur que je chronique dès la semaine prochaine !

Plein de bisous, Proxyfny !



 En bref
Le livre : Folio, 287 pages, 7.40 euros.
Un véritable coup de cœur à qui je donne la note de 4,25/5
Le film : Au bonheur des ogres, R. Personnaz, 2013.
Du même auteur : j’ai adoré Chagrin d’école et Comme un roman, des livres qui, selon moi, devraient être lu par tous les professeurs en devenir !

 

 


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire