dimanche 22 février 2015

70 : Mon premier audiobook : Rien ne s'oppose à la nuit, de Delphine de Vigan

Dans le cadre du Coup de cœur littéraire, un club de lecture organisé au sein de mon école, j'ai dû lire Rien ne s'oppose à la nuit, de Delphine de Vigan. Et puis vite, je suis découragée, je n'arrête pas d'entendre mes compères se plaindre que le livre est déprimant, triste et lourd à souhait. Du coup, je bloque. J'entends vaguement de quoi ça parle, ça ne me dit rien, ça me tétanise presque. Non, je ne veux pas être déprimée, moi.
 
 
Et j'arrive à la bibliothèque, par hasard, je découvre l'audiobook de Rien ne s'oppose à la nuit. Comme j'ai en moyenne 3 heures de route par jour en ce moment, l'idée prend vite racine dans ma tête. Autant essayer !
 
Tout d'abord, je découvre les audiobook, et je trouve ça génial ! Ce roman est particulièrement bien lu, la voix sonne toujours juste, pleine d'émotions mais jamais dans le too much. La découpe du roman en chapitres tombe toujours très bien, jamais trop long, ce qui permet de donner un bon rythme à l'écoute.
 
Je commence donc à écoute ce roman, et la plume me touche aussitôt. Entendre les mots, les saisir en plein vol, c'est comme si j'étais envoûté par cette voix qui rendait la narration encore plus vive, plus réelle. Les scènes se déroulent devant mes yeux.
 
Rien ne s'oppose à la nuit est le roman d'une famille, sur plusieurs générations. L'auteure raconte l'histoire de sa mère Lucille, qui vient juste de décéder. Elle revient sur la vie de l'enfant, de l'adolescente, et de l'adulte. Et à travers son histoire, c'est l'histoire de la famille, de ses frères et sœurs, de ses parents, puis de ses enfants, qu'on découvre, abasourdie.
 
L'histoire de cette famille est certes lourde d'événements tragiques. On comprend vite que l'écriture de ce roman a pu être un exutoire pour Delphine de Vigan, dont on imagine les fantômes du passé qui ont pu alourdir ses pas... Et ses épaules.
 
J'ai été touchée. Mais je n'ai pas déprimé. Parce qu'on reçoit ce roman comme l'on reçoit les poèmes de Baudelaire, aussi tristes soient-ils : on écoute la voix de l'auteur, tout en restant extérieur à cette souffrance.
 
Car l'auteur a toujours la justesse, la distance, de ne jamais nous prendre à partie, elle ne nous met jamais en position de voyeur, béat devant la tragédie familiale.
Tragédie qui, comme toute tragédie, ne se résume d'ailleurs pas qu'à cela : on a aussi les périodes de lune de miel, les espoirs, les réflexions, les changements,... Tout ce qui parlera à tout à chacun de manière différente, selon les ponts que l'on pourra faire avec sa propre vie.
 
J'ai donc beaucoup aimé ce roman, au point de vouloir le lire après l'avoir écouté, pour revenir sur les mots, ces mots tellement beaux, toujours choisis avec une justesse désarmante.
 
Si vous avez un autre livre de la même auteure à me conseiller, n'hésitez donc pas !
 
Bisous, Proxyfny !
 
En bref
Le livre : 7,60euros, 408 pages (soit 9h de lecture en audibook)
Un roman familial touchant, apporté par une plume d'une justesse désarmante, parfois à la lisière de la poésie et de l'art du conte.

4 commentaires:

  1. Maintenant tu pourras te fier à mes avis :D DONC tu vas pouvoir lire "No &Moi" qui est le 2eme que je préfère de De Vigan ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère le trouver à la bibliothèque ^^

      Supprimer
  2. Il faudrait peut-être que je me lance un jour dans les audiobooks ! J'ai peur de ne pas avoir le temps de m'y mettre vraiment... Et puis j'ai peur d'être déçue aussi de la voix du lecteur... Mais pourquoi pas après tout... :)

    Delphine de Vigan, je l'avais beaucoup apprécié dans No et moi et Les Heures souterraines. Il faut que je me lance dans celui-ci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi un peu peur pour les voix, mais bon, au final c'est plutôt logique qu'ils utilisent des personnes qui ont des belles voix XD et c'est souvent des acteurs, c'est un gros plus pour ressentir plein d'émotiions !

      Supprimer