jeudi 5 mars 2015

75. Ma dernière lecture : American Sniper, de Chris Kyle

Bonjour, bonjour ! Aujourd'hui je vous retrouve pour une chronique d'un livre qui a pris une dimension très spéciale pour moi : il s'agit de l'autobiographie de Chris Kyle, American Sniper (titre donné au livre depuis la sortie ciné, sinon vous le trouvez sous le nom de Navy Seal).
 

J'ai eu un gros coup de cœur pour le film de Clint Eastwood et pour la performance de Bradley Cooper. J'étais chamboulée, et je n'avais pas envie de quitter cette histoire, j'avais envie d'entrer dans la tête de cet homme, comprendre ce qu'il s'y passait.
Comment devient-on le sniper le plus doué des Etats-Unis ?

Je ne suis pas pro-guerre, (le film ne l'ai pas non plus, d'ailleurs, pour tout de suite faire taire les mauvaises langues). Je n'ai pas lu American Sniper en bonne groupie des héros de la guerre. Non, je voulais comprendre comment on pouvait amener un homme à tuer pour son pays, à risquer sa vie pour sa nation. Je voulais être confrontée au regard d'un soldat, témoin de la guerre qui se déroulait si loin de nous. La guerre a changé de visage, on est loin des deux camps qui s'affrontent l'un en face de l'autre, bien gentiment alignés.

On ressent tout cela à travers cette autobiographie : la technicité de la guerre, l'armement, les stratégies, l'angoisse, le courage, les liens fraternels, la mort omniprésente, la passion du combat. On ne tombe jamais dans les clichés, car Chris Kyle n'embellit rien, il n'est pas dans la glorification des héros : il parle avec fierté mais aussi avec humour, sarcasme, et nous décrit des scènes de guerre comme on pourrait en lire dans un roman historique. Il nous raconte une histoire, son histoire.

A travers son témoignage, sa femme glisse quelques pages pour apporter sa pierre à l'édifice. On obtient alors un nouvel aspect des conséquences de la guerre, et aussi un autre aspect de la personnalité de Chris Kyle.

Si je juge l'homme, je serais peut-être moins élogieuse. Mais si je juge le livre, seulement le livre, je ne peux que reconnaître la qualité de l'écrit, les émotions qui s'en dégagent, et tout ce qu'il nous apprend : sur la guerre, sur la politique et sur la culture américaine.

Le seul bémol c'est l'utilisation d'un jargon militaire que Kyle pense à expliciter à demi-mot, mais qui demeure très flou pour moi. Je suppose que l'Américain lambda en sait plus que moi sur les armes en tout genre, et que l'auteur ne s'attendait pas à un jour toucher le public français.
 
Une histoire à découvrir, à travers le livre ou le film, d'ailleurs, puisqu'ils se complètent, se nourrissent, et que je n'aurais voulu louper ni l'un ni l'autre.
 
Des bisous, Proxyfny !

En bref
Le livre V.O :  480 pages, 8.95 euros
Le livre V.F : 345 pages, 21 euros.
Une autobiographie qui m'a autant chamboulée que le film. Elle apporte davantage d'éléments sur les motivations de Chris Kyle, sa personnalité et sa nouvelle vie après la guerre. A ne pas lire si on ne s'intéresse pas un minimum à la culture de la guerre à l'américaine, bien sûr.
 
 



8 commentaires:

  1. Ta chronique a éveillé ma curiosité, je pense regarder le film !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hésite pas à me dire ce que tu en as pensé !

      Supprimer
  2. Il vient tout récemment de rejoindre ma pal j'ai hâte de le lire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouii ^^ j'attends ton avis avec impatience !

      Supprimer
  3. je savais même pas qu'il y'avait le livre , allez vite me jeter dessus avant d'allez le voir !
    et superbe chronique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup du compliment ^^ et bonne lecture !

      Supprimer