mardi 14 avril 2015

85. Ma dernière lecture : The Book of Ivy d'Amy Engel

Bonjour, bonjour ! Aujourd'hui, on se retrouve pour une chronique coup de cœur pas bien originale, puisque ce roman circule beaucoup sur la blogo depuis quelques semaines, et sa lecture se solde par un coup de cœur dans la majorité des cas. Je vous parle bien sûr de The Book of Ivy d'Amy Engel.
 
 
Le résumé :  
Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ?
     À la suite d'une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s'est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s'est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d'autrefois sont contraints de s'épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l'unité du peuple. Cette année, mon tour est venu.
    Je m'appelle Ivy Westfall, et je n'ai qu'une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L'objectif, c'est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu'un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu'un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu'en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l'enfance.
Bishop doit mourir.
Et je serai celle qui le tuera.
 
 
 
The Book of Ivy nous entraîne dans un univers dystopique fascinant. La guerre de familles incarne finalement bien plus que cela : lorsque la société renaît de ses cendres, quels principes, quels idéaux pour l'incarner ? Une démocratie qui défend la liberté des individus ? Une dynastie qui défend la paix de la communauté coûte que coûte ?
 
Ivy se retrouve embarquée dans cette guerre des idéaux et, jeune adolescente qu'elle est, elle se posera des questions, cherchera à réfléchir par elle-même, à se construire sa propre opinion, à se libérer de l'influence oppressante de son père et de sa sœur... Et quand l'amour se mêle à cette quête d'identité et d'idéaux, le cœur chavire et l'on a encore plus de difficultés à réfléchir clairement.
 
La force de cette histoire, c'est d'abord son héroïne : terriblement réelle, en pleine lutte intérieure, on aime s'attacher à elle, la voir grandir, s'épanouir et prendre confiance en elle.
Sa relation avec Bishop s'installe page après page, mais l'auteur prend son temps, pour notre grand plaisir. Pas de coup de foudre artificiel, mais des jeunes gens forcés de se marier qui se découvre petit à petit et qui apprennent à se connaître, à s'ouvrir à un monde qu'ils ne connaissent encore très peu.
 
The Book of Ivy est un roman jeunesse qui fait réfléchir son lecteur, à l'image d'Ivy qui cherche à se dessiner la société dans laquelle elle voudrait grandir et être heureuse.
 
La plume de l'auteur nous emporte avec elle, le style est simple, brute, mais jamais simpliste. Amy Engel sait parler des sentiments adolescents tout en nous offrant une intrigue digne de ce nom, qui nous surprendra jusqu'à la toute fin de ce tome 1.
 
Que j'ai hâte d'en savoir plus dans un second tome ! Je regrette presque d'avoir dévoré ce tome 1 en moins de 24h !
 
Alors lancez-vous vite !
 
 
 
 
Des bisous, Proxyfny !
 
En bref
Le livre V.O : 9.70 euros, 400 pages
Le livre V.F : 15 euros, 341 pages
Un coup de cœur pour un univers dystopique qui sait renouveler le genre en faisant réfléchir ses lecteurs à la société dans laquelle ils voudraient grandir et s'épanouir.


J'ai lu the Book of Ivy dans le cadre du APRIL & THE APOCALYPSE, organisé par Justine de FairyNeverland. Plus de précisions  en vidéo !

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire