dimanche 23 octobre 2016

144. Comic-con Paris : Beaucoup de bruit pour rien ?

Bonjour, bonjour ! 


Depuis la semaine dernière, j'avais prévu de parler du Comic-Con ce week-end. "Tu y vas le samedi, tu pourras faire tranquillement ton article dessus le dimanche". Sauf que vous connaissez mes difficultés pour mettre en mots un avis plutôt négatif lorsque celui-ci concerne le travail de nombreuses personnes. Mais bon, c'est le jeu ma pauvre Lucette, alors je me lance !

Le Comic-Con Paris, c'est quoi ? Depuis l'an dernier, un événement qui se déroule au Parc de la Villette et qui rassemble : des dessinateurs (comics & BDs), des acteurs de séries T.V, des maisons d'éditions spécialisées dans les superhéros, des stands de nourriture à foison et d'autres vendeurs en vrac prêts à tout pour assouvir les passions les plus folles des geeks que nous sommes. 

Prenons les choses une à une, si vous le voulez bien :

- Les acteurs de séries T.V : cette année, un programme ma foi sympathique (même si ridicule par rapport au Comic-Con de New York ou San Diego) avec Eliza Dushku (Faith dans Buffy), Domic Purcell (un des gros bras de Prison Break), Mike Colter (encore du muscles avec l'acteur de Luke Cage), l'actrice de Chica Vampiro et Carice Van Houtem (Mélisandre dans Game of thrones). Les acteurs sont présents dans des lieux bien particuliers, donc ne pensez pas avoir la chance de les croiser si vous n'avez pas pris le Saint-Graal. Premier problème pour moi : payer autour de 35 euros la photo et entre 15 et 20 euros l'autographe, ça fait cher ! Personnellement, il n'y a pas beaucoup d'acteurs pour lesquels j'aurais fait ça... Matt Damon et Hugh Jackman, sûrement, mais c'est tout. 

- Les stands des maisons d'éditions : rien à dire, hormis l'absence d'Urban Comics et la mauvaise accessibilité aux livres. Le souci au Comic-Con, c'est qu'il y a tellement de monde, qu'il y a de l'attente partout : pour aller aux toilettes, pour acheter quelque chose, pour se faire faire une dédicace, ou encore simplement pour avancer dans la salle ou pour se rapprocher des livres sur un stand et pouvoir feuilleter tranquille un exemplaire. Rien que pour ça, c'est décourageant pour les achats. Du coup, niveau Comics, je n'ai rien acheté, me disant que je pouvais tout retrouver dans ma bonne vieille librairie spécialisée. Mention spéciale "ooooh mais c'est trop cool", les Editions de l'Homme sans Nom étaient présentes, me permettant d'acheter deux romans (entraînement pré-Montreuil haha) et de papoter avec les auteurs pas vraiment submergés (apparement, les livres sans images c'est pas le délire des visiteurs du Comic-Con). 

- Les stands de nourriture : trop chers, trop de queue et à la qualité pas franchement inspirante de visuelle. Je passe mon tour et passe à la case sandwich confectionné à la maison


- Les dessinateurs : ce que je m'apprête à vous dire va sûrement être normal pour plus d'un, mais pas pour moi, adepte du salon du livre de Montreuil où j'ai adoré me faire dédicacer Billy Brouillard de Guillaume Bianco. Ici, il faut payer (quoi, encore ?) la dédicace. Même si on amène sa propre BD, c'est 5 euros la signature. Alors je ne vous explique pas comment ça se passe lorsque vous avez l'audace de vouloir un dessin : 100 euros minimum pour un format légèrement plus petit qu'A4, voir 400 euros chez certains dessinateurs pour un format A4, 600 euros pour qu'il vous refasse la copie en réel d'une couverture de votre numéro de comics préféré. Ajoutez à ça qu'aucun étranger (et il y en avait des stands tenus par des américains ou des anglais !!) n'acceptait la carte de crédit, et ça peut déjà vous désespérer pour le reste de votre journée. Sortir, retirer de l'argent, refaire la queue pour rentrer à nouveau, refaire la queue pour la dédicace... Je ne vous fais pas un dessin, c'est laborieux. Note positive, tout de même, la chance d'échanger quelques mots avec Chad Hardin, dessinateur d'Harley Quinn !

- Des produits dérivés en pagaille : T-Shirt et sweat-shirt, Funko Pop, affiches originales, marque-page, sacs, casquettes, boucles de ceinture, figurines, tasses, vêtements pour bébé, dessous de verres, porte-clés, il y en avait pour tous les goûts même si beaucoup de boutiques se faisaient concurrence car affichant sensiblement le même contenu. Ils ont joué le jeu de la carte "consommez, mes petits, consommez" avec beaucoup d'offres "2 achetés, le troisième offert". Le Comic-Con apparaît donc pour moi comme un véritable havre de la consommation à tous les coins de stands. Autant vous dire que j'ai pas mal craqué, comme vous pourrez le voir en vidéo sur ma chaîne ! (Abonnez-vous, pour ne pas la louper, hihi).

Vous avez déjà une idée globale de ce qu'était le Comic-Con Paris 2016, mais vous pouvez encore ajouter : faire une photo avec BB8, Batman, Captain America, Thor, Rocket (enfin, si vous aviez la place de le faire avec toutes les personnes agglutinées pour prendre leurs clichés), les tortues ninjas ou devant le fond "Comic-Con Paris 2016" (ooooh dingue, encore un truc payant). Il y avait aussi quelques expositions de dessins, de costumes et accessoires (Flash, Arrow, Warcraft, Harry Potter, les Créatures Fantastiques) ou encore un vendeur spécialisé dans la vente de très vieux comics (où les prix s'envolent et où, une fois de plus, tu te dis "il prend que le liquide, pas la carte de crédit, j'ai jamais retiré autant d'argent sur moi"). 


Donc voilà, en bref, l'ambiance que ça donne. Des points négatifs très envahissants (l'attente partout, les nombreux stands qui ne prennent pas la carte de crédit, certains prix exorbitants et le manque d'accessibilité des stands et des gens qui se montent les uns sur les autres, ne donnant pas la possibilité de flâner tranquillement à la recherche d'une perle rare pour votre collection) mais une ambiance que je suis contente d'avoir découverte, au moins une fois.

Après tout, je suis très heureuse des achats que j'ai faits, heureuse que ça ait été l'occasion de rencontrer Kévin (Lumen Diary) et très enthousiasmée pour ces cosplays qui arpentaient l'événement. 

A refaire tous les ans, sûrement pas, mais à vivre au moins une fois dans sa vie, pourquoi pas !


Fanny 

2 commentaires:

  1. Je me disais que j'irai bien y faire un tour car ce doit être extra, mais ton avis me refroidit...Faire payer les gens pour une dédicace, je trouve cela plus que moyen...Ils ont surement leurs raisons, mais ce n'est pas du tout l'idée que je me fais d'un salon. En plus, s'il est difficile de voir les choses...Mais merci pour ton retour, au moins cela me donne une idée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour en avoir discuter avec des personnes sur twitter, apparement c'est la routine américaine, de faire payer les dédicace ! (juste dingue o_0)
      merci pour ton commentaire !

      Supprimer